22/07/2011

50-59

50 Lès 2 prénoms qui valenut 3000 ?

 

R.- Vincent /Emile

 

(… valent …)

 

51 Qu' èst-ce qui rote todi sins jamaîs boudji d' place?

 

R.- L'ôr­lodje.

 

(… qui marche toujours sans bouger de place? L'horloge.)

 

52 Quéne difèrince gn-t-i ètur on juje è dès montéyes?

 

R.- Au juje, faut lèver l’ dwèt ; aus montéyes, faut lèver l’ pîd.

 

(Quelle différence y a-t-il entre un juge et un escalier? Au juge, on doit lever le doigt ; à l'escalier, il faut lever le pied.)

 

53 Dîrîz bin ç' qui c' èst qu'on « spètwè »?

 

R.- On twèt spès.

 

(Diriez-vous bien ce qu'est un « épais-toit » ? Un toit épais.)

 

54 One pitite potéye, ni cûte ni saléye ; deûs què l'ont vèyu ; cink què l' ont hapé ; bran.mint què l' ont mougnî ?

 

R.- Deûs-ouys, cink dwèts, trinte-deûs dints.

 

(Une petite potée, ni cuite ni salée ; deux qui l'ont vue ; cinq qui l'ont chipée ; beau­coup qui l'ont mangée? Deux yeux, cinq doigts, trente-deux dents.)

 

55 Gn-a-t-i lon do pôle nôrd à l' écwateûr?

 

R.- Li longueû d'on tchin. (Il a on frèd mouson èt on tchôd d’drî.)

 

(Y a-t-il loin du pôle Nord à l'équateur ? La lon­gueur d'un chien (au museau froid et au derrière chaud)).

 

56 Comint-ce qu' on pout piède li charité ?

 

R.- Pau trau d' one potche trawéye.

 

(Comment peut-on perdre la charité ? Par le trou d'une poche trouée (confusion basée sur le double sens de charité : grâce sanctifiante, aumône)).

 

57 Poqwè-ce qu' on mèt l' èglîje au mitan do viladje?

 

R.- Pace qu' on n' saureut mète li viladje au mitan d' l' èglîje.

 

(Pour­quoi place-t-on l'église au milieu du village? Parce que l'on ne pourrait placer le village au milieu de l’église.)

 

58 Qu' èst-ce qui vos p'loz fé èt qui l’ Bon Diè n' saureut ?

 

R.- Vos brouyî.

 

(Qu'est-ce que vous pouvez faire et que Dieu ne peut faire ? Vous tromper.)

 

59 Poqwè-ce qui l' Bon Diè n' a nin faît l’ têre câréye?

 

R.- Po n' nin qu' on vaye fé sès man.nèstés dins lès cwins.

 

(Pour­quoi Dieu n'a-t-il pas fait la terre carrée ? Pour que l'on n'aille pas se soulager dans les coins.)

 

23:17 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.